Et si Darwin avait été alpiniste ?

Cédric Dentant


24.50€ TTC

Livre broché couverture souple
176 pages – 17 x 24 cm – 530 g
ISBN : 978-2-9560549-2-4
Parution : Octobre 2020

Présentation
de l'ouvrage

“Ce livre relate ainsi les singulières rencontres d’humains, de plantes et de montagnes, sous la forme de six récits d’aventures d’une rare et méconnue biodiversité. D’une rare et surprenante humanité.
Six récits de vie contre la fatalité de l’effondrement du vivant”.

“L’exploration ne se résume pas à découvrir une terra incognita.
Elle est d’abord la fabrique d’un regard singulier et du chemin qui en découle.
Ce regard est celui que quelques grands alpinistes ont su porter, même au cours de périlleuses ascensions.”

Télécharger la fiche

Feuilleter

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

3 avis pour Et si Darwin avait été alpiniste ?

  1. Guillaume Lebaudy (client confirmé)

    Formidable travail tant pour le texte que pour l’édition, le graphisme, la fabrication.
    Le livre a une belle main, une icono soignée (et bien documentée). La question de départ (“et si Darwin…) donne un axe fort original au propos (toujours intéressant les questions que d’aucuns jugent saugrenues !).
    On avance avec plaisir et curiosité, pas à pas dans les traces de l’auteur et de ses devanciers (pas seulement des récits biographiques, mais de vraies rencontres… qu’on voudrait prolonger : “contre la fatalité de l’effondrement du vivant”, certes, mais aussi dans ses dimensions humaines, ce qu’on retrouve avec plaisir dans le livre).
    Belle idée d’amener le lecteur tout doucement vers des destinations très proches, après l’avoir baladé de la Terre de Feu, via le Cervin, l’Everest…

  2. Cécile Breton (rédactrice en chef) – Chronique parue dans la revue ESpèces n°38 Décembre 2020

    Derrière ce drôle de titre se cache une idée originale : faire dialoguer montagne, plantes et histoire des sciences. Au travers de six portraits de scientifiques ou d’explorateurs, et des sommets qui ont traversé leurs vies, ce livre retrace leurs
    expéditions et la manière dont elles ont fait progresser les connaissances. De Horace-Bénédict de Saussure se lançant à l’assaut du Mont-Blanc au grimpeur-botaniste Philippe Macle à la poursuite de la benoîte sur la vertigineuse falaise de la Céüse, l’on comprend ce qu’il a fallu de détermination et de curiosité pour réaliser la moindre des observations qu’ils ont rapportées. Pratiquant lui-même ce « savoir discret et porteur de pensées » qu’est la botanique au sein du parc national des Écrins, Cédric Dentant nous offre ici un beau voyage vertical au propre comme au figuré.

  3. Caroline Audibert – Chronique parue dans la revue L’Alpe n°91 – Décembre 2020

    Un mont inhospitalier de Patagonie porte le nom de Darwin, bien que le naturaliste n’ait jamais foulé les sommets. S’il en avait été autrement, le mystère de l’apparition des plantes à fleurs lui aurait-il semblé moins « abominable » ? C’est la question que soulève le botaniste Cédric Dentant en plongeant le lecteur dans six récits d’ascensions qui ont ouvert un champ insoupçonné de la botanique. Le livre n’est pas un traité, ni un essai mettant la théorie de l’évolution à l’épreuve de l’altitude, mais une série d’audacieuses « excursions » parmi les Alpes du monde. On revit la quête de l’aristocrate genevois de Saussure, aimanté par le massif du Mont-Blanc. Il en ausculte les hôtes les plus téméraires, notamment au col du Géant où il bivouaque seize jours durant sous une modeste toile. Il étudie les plantes qui s’agrippent courageusement, telles l’ingénieuse silène acaule ou les « saussurées ». À sa suite, les pionniers de l’alpinisme (Heer, Whymper, Gaspard, Guillemin, Coolidge, etc.) se révèlent d’attentifs botanistes, sensibles aux plantes de l’extrême à l’orée des 4 000 mètres d’altitude. Découvertes qui intéressent les sociétés savantes du XXe siècle naissant. L’auteur aborde les explorations africaines du caféiculteur anglais Shipton, et plus tard la conquête de l’Everest avec quelques apartés botaniques.
    Et si les sommets avaient longtemps constitué des îles au milieu d’immenses glaciers ? S’ils détenaient certaines clés de l’évolution ? Cédric Dentant ambitionne de rendre à l’alpinisme sa dimension d’exploration. L’exploit des hommes n’éclipse pas le regard qui s’ouvre sur des mondes inconnus. Nous cheminons ainsi dans les pas des aventuriers jusqu’à l’essor de l’escalade moderne, retrouvant notamment le jeune Patrick Edlinger sur les parois de Buoux et de Céüse (Alpes du Sud) qui dissimulent quelques plantes mystérieuses.
    Un vagabondage autour de grandes figures qui retrace l’effervescence scientifique de toute une époque mêlée aux frissons de l’alpinisme.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *